Radiant

Croquis de l'araignée et de l'ostenseur d'un Astrolabe fabriqué en 1569 par Rennerus Arsenius et exposé au Cnam.

Conception d’un astrolabe
planisphérique simplifié

Ce qui n'était qu'une simple analyse par le dessin de l’astrolabe, est rapidement devenu un sujet d'étude plus poussé pour en comprendre le fonctionnement. À la lumière des principes géométriques qui le régissent on comprend que cet objet complexe renferme un fort potentiel pédagogique. Pour obtenir une information aussi triviale que l'heure il faut allier mesures, manipulations et reconnaissance des astres. Ce faisant, l'Astrolabe nécessite de comprendre au moins un peu sa place sur Terre et le mouvement des astres. Il a donc tout ce qu'il faut pour devenir un excellent modèle pédagogique en introduction à l'astronomie, pour peu que l'on simplifie sa forme et son usage sans les dénaturer.

 

Ainsi, un astrolabe dont la fonction est réduite à la seule lecture de l’heure par la hauteur des astres est plus simple d'utilisation. L'araignée, dont les motifs servaient à laisser lisible le tympan qu'elle recouvre, gagnerait aujourd'hui à être inscrite dans des matériaux transparents auxquels on a originellement préféré le métal ciselé. La lecture des étoiles et de l’écliptique du soleil s'en trouverait grandement simplifiée.

Une araignée transparente

Pour éprouver le principe d'une carte stellaire transparente, il fallait d'abord passer par l'impression et le montage d'une carte n'affichant qu’une dizaine de constellations et l’écliptique du soleil sur du rhodoïd. Les bords épais accueillent en plus des heures la mesure des angles pour que mesure et lecture se fassent du même côté, contrairement à un astrolabe classique.

Une conception concentrique

Plutôt que de partir d’un axe central les règles de mesure et de lecture pourraient être remplacées par un anneau pris en sandwich dans l’assemblage de deux mères. L’ostenseur peut alors être un simple fil tendu aux extrémités de ce même anneau pour faire les reports au moment de la lecture.

 

Le point d’attache de la boucle de suspension, aussi appelé trône, devra être doublé et placé aux extrémités pour que l’objet conserve sa verticalité une fois suspendu lors des opération de pointage. La boucle métallique étant elle aussi remplacée par un fil.

Fil de lecture

Tympan

Mère avant

Carte du ciel

Bague de mesure

Mère arrière

Afin d’indiquer comment utiliser l’instrument, le dos de la mère libérée de l’alidade peut accueillir un mode d’emploi gravé pour l’obtention de l’heure avec le soleil de jour et un astre de nuit.

Gravures didactiques

Mesure et lecture

La mesure et la lecture de l’angle formé entre l’horizon et l’astre se font à l’avant par une fente aux deux extrémités de l’alidade en anneau.

Prototype fonctionnel